ÉDITO (de la transformation…)

flomag_cff_2019_500Chers festivaliers,

Fortes de leurs expériences professionnelles respectives, Florence Panis, directrice du cinéma CGR Le Lido et Magali Coursindel, éducatrice spécialisée et intervenante en éducation à l’image ont durant des années dirigé le festival Trois Jours Trop Courts seul festival de cinéma d’animation dans le Tarn qui a tiré sa révérence l’année dernière après 12 éditions. 12 éditions qui ont permis au public castrais de rencontrer des professionnels, de faire des ateliers, de voir des courts métrages de qualité aux techniques variées.

En 2017, le festival connait un nouveau tournant avec la création d’une compétition jeune public et d’un accompagnement spécifique des publics scolaires et empêchés sur le thème : apprendre à devenir spectateur.

En 2018, un nouveau programme voit le jour FORMANIM’, temps de sensibilisation aux métiers du cinéma d’animation à destination des élèves ou des jeunes en insertion dans une logique de pré professionnalisation. Quoi de mieux pour accompagner cette séance que de proposer une compétition dédiée aux films d’écoles ?

Ces deux derniers programmes ouvrent la voie à une transformation logique et cohérente du festival Trois Jours Trop Courts : devenir un festival axé sur le jeune public (des très petits au presque grands) sur deux jours. Un jour réservé au public scolaire, le vendredi et un jour réservé au grand public, le samedi, avec comme idée, d’offrir au public de Castres et des environs une sorte de premier festival en un temps très court.

Au programme, des compétitions internationales 5-8 ans et 8-12 ans (2020 marquera le retour de la compétition film d’écoles) et un coup de projecteur particulier sur la technique de la stop motion qui est une technique qui permet de comprendre l’illusion du mouvement et qui depuis quelques années connait un engouement auprès du grand public et des écoles primaires car elle est à la portée de tous.
Trois Jours Trop Courts devenu Ciné Filou Festival s’inscrit dans le prolongement de la programmation annuelle jeune public majoritairement classées art et essai que propose Florence Panis pour l’enrichir et dans les missions d’éducation à l’image auxquelles Magali Coursindel participent avec tant d’autres sans pour autant perdre son identité. Il a trouvé sa place, en s’adressant à la jeunesse et en la mettant à l’honneur.

Car, de nos plus beaux souvenirs d’organisatrices, c’est certainement d’avoir senti le César avant Amélie Harrault pour Mademoiselle Kiki et les Montparnos, d’avoir aperçu les machines à laver entre le champ de blé et les acacias d’Oscar Aubry et de proposer l’audace d’être en juin au mois d’avril d’Iris Letterier qui continue de nous porter et de vous proposer une fenêtre sur le court-métrage d’animation.
Faiseur de regards, agitateur d’ambition, révélateur de talents, le renard vous attend.

Pensées animées.

Florence PANIS & Magali COURSINDEL

LES VIDÉOS

Toutes les vidéos

LES PHOTOS

Toutes les photos

NOS PARTENAIRES